Dominique Reynié, un sociétaliste UMP-compatible (Ripouxblicain-compatible)

dominique_reynie_pays_sipa

Quelles sont les différences entre ce que dit et écrit Dominique Reynié, europhile hystérique et idéologue zélé de l’indifférenciation mondialiste, et les entreprises funestes du gouvernement socialiste ? Il n’y en a pas.

 Au sein du MoDen et des UMP  «– oups : des « Ripoublicains » -,   quelques grincements de dents de militants historiques se font entendre après la désignation de têtes de listes dites issues de la « société civile » pour les élections régionales de décembre prochain. Parmi les parachutés, le plus emblématique est Dominique Reynié. L’homme est loin d’être inconnu : professeur de sciences politiques, auteur d’ouvrages sur le « populisme », chroniqueur régulier de « C dans l’air » sur France 5, et enfin directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (dont je dénonçais récemment les méthodes de lobbying auprès des députés après la distribution d’ouvrages de théologie musulmane, ainsi que les financements versés par des partis politiques).

La révélation de sa candidature à la tête de la liste de droite de l’UMPS pour la future région Languedoc-Pyrénées n’est pas significative d’une rentrée dans la vie politique pour Dominique Reynié,  Pour ceux qui l’écoutaient avec attention, il n’y a pas de surprise à découvrir que l’homme est candidat du centre mou, car il n’a jamais fait mystère de son militantisme en s’en prenant souvent de manière virulente aux idées patriotes et souverainistes.

L’homme est représentatif de ceux que l’on qualifie, parfois abusivement, de libéraux-libertaires. Est-il libéral ? Oui, si l’on estime que le libéralisme, c’est avant tout le marché roi. Non, si l’on considère que l’Union européenne est aussi une institution soviétologue. Est-il libertaire ? Oui, à la manière de Najat Vallaud-Belkacem, si les théories postmodernes les plus délirantes sont l’avant-garde des luttes libertaires. Non, si l’on admet que les clercs du nouvel ordre moral sont les chiens de garde d’un nouveau puritanisme que l’on pourrait qualifier par l’expression d’« hygiénisme (in)sécuritaire ». D’ailleurs, il est très amusant de constater que l’homme se mue en essentialiste pour justifier sa présence dans le Sud-Ouest. N’y habitant pas, il est simplement d’origine aveyronnaise et doit passer une ou deux semaines de vacances annuelles à Millau. Il n’a strictement aucun enracinement politique concret dans la région.

Quelles sont les différences entre ce que dit et écrit Dominique Reynié, europhile hystérique et idéologue zélé de l’indifférenciation mondialiste, et les entreprises funestes du gouvernement sociétaliste ? Il n’y en a pas. Dominique Reynié pourrait aussi bien être dans le gouvernement de Manuel Valls à voter la réforme du collège, le mariage pour couples du même sexe, la déréglementation des professions du droit ou la loi renseignement. Il a la même matrice intellectuelle et l’a d’ailleurs prouvé dans une tribune publiée sur le site du Figaro Vox (maladroite et que je commenterai en détails plus tard), dans laquelle il a revêtu sa tenue d’apologiste de la GPA et de la PMA. La gestation pour autrui est symptomatique d’une époque qui confond l’homme et l’outil et voudrait arraisonner la nature à la technique, mais aussi de la soumission du corps féminin aux caprices des possédants de la société marchande.

PHO8c6187f0-4ad7-11e4-8b08-889f2cd4b024-805x453

Sont-ce là les valeurs des électeurs UMP-UDI de la région Languedoc-Pyrénées ? On peut en douter. Alors, comment expliquer cette étrange désignation qui suscite un rejet massif de la part de l’appareil militant ? Une seule explication possible : Nicolas Sarkozy, homme sans colonne vertébrale idéologique, expérimente de nouvelles formules. Convaincu par de savants calculs que la campagne présidentielle de 2017 « se jouera au centre », l’ex-Président imagine son jouet « Les Républicains » en vaste laboratoire politique pouvant chasser sur les terres politiques de Manuel Valls. Nicolas Sarkozy n’a pas de convictions et fait ce qu’il pense pouvoir lui apporter la victoire.   Il se trompe, les Français sont d’abord préoccupés par les crises : économique, institutionnelle, identitaire, judiciaire.

Rendons a césar ce qui appartient a césar donc  a  Mr Gabriel Robin et à mon très modeste apport, compte tenu  que tout le monde ne peut pas lire tout  ce qui s’écrit chaque jour, je ne m’adresse donc qu’a mes lecteurs..
 P.S Dominique Reynié
expert auprès de la Commission européenne (direction de la communication)

images (3)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s