« l’islamophobie » n’est pas encore un délit,

les  juges de la cour d’appel de Besançon seraient-ils de dangereux islamophobes se réjouissant que le discours haineux à l’encontre de la si paisible religion d’amour, de tolérance et de paix (RATP) se répande dans toute la France ?     images (7)

Toujours est-il que ces magistrats ont désavoué leurs confrères de Belfort, qui avaient condamné Christine Tasin à 3.000 euros d’amende (le procureur Chevrier avait même requis 3 mois de prison avec sursis). Ils ont relaxé cette « blasphématrice » qui, le 15 octobre 2013, face à des musulmans énervés qui lui reprochaient sa supposée islamophobie, avait répondu : « L’islam est une saloperie. »

Les magistrats bisontins ont donc confirmé qu’en France, le délit de blasphème n’existait pas encore. Ce même jour, la procédure entamée contre Marine Le Pen par le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), suite à ses propos sur l’« occupation » de la rue par les prières musulmanes illégales, a été annulée.

Le contexte n’était pourtant guère favorable, en ce 18 décembre, jour de ces deux verdicts.

Éric Zemmour, suspecté, suite à une délation de Mélenchon, de vouloir déporter 5 millions de musulmans, venait d’être victime d’une cabale politico-médiatique digne d’un régime stalinien.

Quelques jours auparavant, lors de son discours pitoyable au musée de l’Immigration, Hollande avait amalgamé à du racisme le refus de l’islam en France, et tenu ces propos menaçants : « Rien ne doit être passé sous silence, rien ne doit rester impuni, rien ne doit être toléré. »

L’hebdomadaire Valeurs actuelles venait de passer en procès, sur plainte de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), suite à une page montrant Marianne voilée, ce qui serait « une incitation à la haine contre les musulmans ». Il a été requis 5.000 euros d’amende, sans oublier les dommages et intérêts demandés par les plaignants et parties civiles.

Un juge de la région parisienne venait de décider que le site Minurne-Résistance devait être fermé sur l’heure, sans fournir la moindre explication aux animateurs.

L’avocat de la LICRA, Mario Stasi, se croyait autorisé, lui, à intimider, par lettre recommandée, l’hébergeur suisse de Riposte laïque, lui « conseillant » de retirer l’article d’un apostat de l’islam !

Mais malgré toutes ces menaces, les faits restaient têtus. Pendant que Hollande déclarait son amour à l’islam, un disciple d’Allah se distinguait à Sydney. 24 heures plus tard, les paisibles talibans massacraient 141 innocents, dont 132 enfants, dans une école pakistanaise. Puis les djihadistes de l’État islamique exécutaient à Fallouja 150 femmes qui refusaient d’épouser leurs guerriers, et l’écrivain algérien Kamel Daoud était victime d’une fatwa…

C’est ce moment que choisit Michel Houellebecq pour nous proposer Soumission.Dans cette fiction, il imagine, en 2022, un musulman, soutenu par tous les partis politiques, devenir président de la République, contre Marine Le Pen, au deuxième tour.

Ce livre, qui paraît le 15 janvier, est promis à un très gros succès, dans la suite de celui d’Éric Zemmour, mais sans doute aussi à quelques menaces judiciaires, dans le climat de chasse aux sorcières actuel.

Rappelons que ce mécréant avait été lui aussi traîné devant les tribunaux, il y a douze ans, suite à sa phrase : « De toutes les religions, c’est quand même l’islam la plus con. » Et que, comme Christine Tasin, il avait été relaxé.

Félicitons-nous qu’il demeure dans notre France des juges courageux comme ceux de Besançon qui échappent à l’idéologie « Mur des cons ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s