Dominique Reynié : « Le FN, c’est le socialisme pour les « petits Blancs » Le Front national est devenu la nouvelle gauche.

Dominique Reynié est professeur de sciences politiques à Sciences Po. Ses travaux portent sur les transformations du pouvoir politique, l’opinion publique et ses manifestations, les mouvements électoraux, en France et en Europe. Depuis octobre 20082, il est directeur général de la Fondation pour l’innovation politique.images (1)


A la veille d’une rentrée politique qui s’annonce chaotique et alors que la France traverse une crise économique, mais aussi politique et morale majeure, quel regard portez-vous sur l’année politique qui vient de s’écouler. Quels sont les trois évènements majeurs que vous retenez?

Dominique Reynié: Ce qui retient toute mon attention, au point que je dois résister à une sorte de fascination, est le débordement complet des politiques nationales par les puissances que l’Histoire est en train de libérer, ce qui fait craindre le pire mais ne doit pas nous décourager d’espérer le meilleur. La terre tremble, pour reprendre le titre du film de Visconti: le réchauffement climatique prend de la vitesse, l’islamisme chasse le christianisme de son Orient natal – excusez du peu! -, les dettes – publiques et privées – sont devenues océaniques, la transition démographique recompose l’ordre politique planétaire, l’idée démocratique paraît épuisée par l’impuissance gouvernementale, quand les pays émergents, beaucoup plus autoritaires, ont le vent économique en poupe… la liste est longue des enjeux qui se présentent à nous, quand un seul est capable de bouleverser nos vies.

En France comme ailleurs les gouvernants perdent pied. En témoigne le contraste spectaculaire entre la vénération d’un passé morbide dans un usage démesuré de la commémoration et l’incapacité à regarder devant, à penser le futur et, bien sûr, à le bâtir.Au cœur de ce grand tourbillon, je ne vois aucun dessein proposé aux Français, aucun horizon tracé, aucun rêve de conquête ni de grandeur.

François Hollande est au plus bas dans les sondages, l’opposition apparaît déchirée et n’a pour l’heure aucun leader incontestable. Les grands partis traditionnels sont-ils selon vous en mesure de redresser le pays? Leur logiciel politique est-il toujours adapté aux enjeux actuels?

C’est précisément pour répondre à cette question qu’il faut d’abord prendre la mesure de la situation historique dans laquelle nous nous trouvons. Notre ordre politique national est le résultat d’un état des choses qui n’est plus et chaque jour qui passe le montre avec plus de clarté que la veille. C’est l’esprit de l’innovation qui devrait animer nos débats et déterminer nos choix. La France existe quand elle est au rythme du monde. Au lieu de cela, nous assistons à l’engluement de notre classe politique, et syndicale, par un conservatisme de rentier, matérialiste, dominé par la peur d’agir, la crainte de devoir penser, de devoir imaginer un autre agencement des choses.

Seul se distingue le Front national qui propose le grand repli, l’Etat providence, encore et toujours, mais cette fois grâce au nationalisme. C’est un programme de chauvinisme social, une sorte d’ethno-socialisme, le socialisme pour les « petits Blancs ».

Peut-on aller jusqu’à dire qu’on assiste à l’autodestruction de la politique? S’agit-il d’une faillite des hommes ou des idées? L’année a également été marquée par la victoire de Marine Le Pen aux élections européennes. Vous avez écrit plusieurs livres sur montée des populismes. Qualifieriez le FN de parti populiste? Sa progression vous paraît-elle inexorable? Jusqu’où peut-elle aller?

La plupart des idées et toutes les institutions connaissent un terme à leur existence. Si nous considérons que nous sommes entrés dans une époque de bouleversements, ce n’est pas tant le désarroi des politiques qui est problématique, car il pourrait se comprendre, mais le sentiment que donnent la plupart d’entre eux de pas parvenir à prendre la mesure de ce qui se passe, de ce que nous allons devoir accomplir, à l’échelle de notre pays comme à l’échelle de l’Europe, si l’on veut, au moins, persister comme communauté libre d’orienter son destin dans l’Histoire. Au cœur de ce grand tourbillon, je ne vois aucun dessein proposé aux Français, aucun horizon tracé, aucun rêve de conquête ni de grandeur. Seul se distingue le Front national qui propose le grand repli, l’Etat providence, encore et toujours, mais cette fois grâce au nationalisme. C’est un programme de chauvinisme social, une sorte d’ethno-socialisme, le socialisme pour les «petits Blancs».

Le Front national est devenu la nouvelle gauche.

Au moins c’est une idée, même si elle est absurde ou mortelle. Dès lors, par un effet mécanique, le FN se trouve favorisé puisqu’il est le seul à porter un grand projet. Moins les partis de gouvernement se montreront capables de concevoir un grand dessein fait de renaissance et de conquête, plus la tâche du FN sera facile.

L’ascension de Marine Le Pen semble être également le fruit de l’effacement du clivage droite/gauche. Quelles sont les différences fondamentales qui opposent encore la droite et la gauche?

La polarisation qui se met en place n’oppose plus la gauche et la droite, mais les partis de gouvernement, de gauche et de droite, aux partis populistes, de gauche et de droite. La fin du clivage gauche/droite est aussi ce par quoi prospère désormais le Front national. C’est pourquoi il affirme clairement depuis janvier 2011 un discours qui n’est plus seulement national mais qui est aussi social et étatiste, tandis que la gauche ne peut plus cacher son incapacité à être «socialiste». Résultat, le Front national est devenu la nouvelle gauche. On en trouve une parfaite illustration lors des dernières élections européennes au cours desquelles 41% du vote ouvrier est allé aux listes FN et 8% aux listes PS.

Les clivages «sociétaux» et identitaires ont-ils remplacé les clivages économiques et sociaux?

Il faut ajouter les clivages culturels, technologiques et générationnels. Les différents types de clivages se combinent entre eux, et ce n’est pas nouveau. En revanche, le changement tient au fait qu’aucun parti ne parvient à représenter ni à exprimer la variété et la force de ces clivages. Cela se passe ailleurs et autrement, en témoignent le mouvement altermondialiste, les «Indignés», la «manif pour tous», les divers mouvements antifiscalistes ou encore la défense des auto-enrepreneurs, pour ne prendre que quelques exemples de ces mouvements que les partis n’ont fait que suivre, de manière confuse et inconséquente, c’est-à-dire sans forger une doctrine. Par exemple, la droite s’est opposée au mariage pour tous au nom de valeurs qu’elle n’avait pas l’habitude de brandir et sans en tirer de conséquences puisqu’elle a voté peu après sans difficulté aucune la suppression de la référence à la situation de détresse mentionnée dans l’encadrement législatif du droit à l’avortement.

D’une manière plus générale, il faut comprendre que les clivages politiques sont aujourd’hui radicalement affectés par l’encastrement de nos vies dans un ordre existentiel global. Mille signes nous montrent à quel point les formes de l’appartenance tendent à devenir plus complexes, imbriquant différents univers entre eux: une nation, des origines, une religion, des goûts culturels, une orientation sexuelle, un niveau de vie, l’Europe, une région, etc. Un élève de collège n’est pas loin de passer plus de temps sur les réseaux sociaux et sur son téléphone qu’à suivre des cours à l’école ; lors de la coupe du monde de football, des milliers de Français ont fêté les victoires de l’équipe d’Algérie comme s’il s’agissait de leur seconde patrie ; d’autres sont allés regarder la finale à Berlin dans l’espoir de fêter la victoire de l’Allemagne, au nom d’un sentiment européen. Songeons encore à ceux, de plus en plus nombreux, qui estiment devoir quitter leur pays pour réussir, ou simplement pouvoir commencer, leur vie professionnelle, ou pour échapper à une pression fiscale jugée spoliatrice. Ils ne se sentent pas moins «Français». D’autres, enfin, nés ici, passés par les écoles laïques de la République, se retrouvent en Syrie et en Irak au nom du Jihad. Il suffit d’observer ce qu’est devenue la famille, ce qu’est devenue l’école et ce qu’est devenue la nation pour comprendre que le civisme et le nationalisme républicains ont cessé d’exister.

La France périphérique, celle des «petits Blancs» pour reprendre votre expression, qui vote Marine Le Pen ou se réfugie dans l’abstention, rejette à la fois «le social libéralisme» de la gauche et le «libéralisme social» de la droite. Na faut-il pas en tenir compte? Ce constat appelle-t-il une recomposition profonde du paysage politique? Dans quel sens?

Je ne vois pas de libéralisme dans notre débat politique, ni à droite ni à gauche. Notre pays ploie sous le poids d’une vie politique entièrement arrimée à une idéologie social-étatiste, de droite et de gauche. Cette idéologie constitue chez nous la véritable pensée unique. Elle est désormais aussi celle du Front national. Droite ou gauche, partis de gouvernement ou partis populistes, l’étatisme est leur pensée commune. Le plus terrible est que cette idéologie dominante étouffe tout débat sans parvenir à empêcher la faillite de l’État.

Les Petits Blancs: « un voyage dans la France d’en bas »

Les petits Blancs, ce sont donc autant de visages que de situations. Ce qui les rassemble? Le fait d’être désignés ou de se ressentir en tant que blanc et pauvre, que ce soit dans leur regard ou dans celui des autres.

Les petits blancs, ce sont également ce paysan pauvre moqué dans Striptease, cette enseignante vacataire qui a basculé dans la haine, mais aussi cet étudiant fatigué noyé dans sa rancoeur qui dit travailler « beaucoup pour pas grand chose » et qui a « le coeur serré quand il voit « tous ces gens que le système aide alors qu’ils lui crachent dessus. »

Une réalité

Un propos politique? Je refuse toute récupération et préfère parler de réalité. « S’il existe une spécificité de l’expérience de populations récemment immigrées, victimes de discriminations, de difficultés économiques et culturelles, alors il existe, mécaniquement, une spécificité de l’expérience de populations paupérisées et non récemment émigrées. »

Je me suis « découvert blanc », lorsqu’il est devenu professeur  en banlieue parisienne. Dit-on,

« On ne peut pas accepter l’immigration sans accepter qu’il y ait des regards croisés, » En d’autres termes, il faut assumer les mots. « Sur le terrain, ceux que j’ai rencontré se disent ‘petits blancs’. Il y a une spontanéité du langage chez les plus pauvres ou chez les jeunes que l’on ne retrouve pas dans les médias. »

« La plupart des Américains de la classe ouvrière et de la classe moyenne blanche n’ont pas l’impression d’avoir été spécialement favorisés par leur appartenance raciale. »  Barack Obama 2013

en reponse , « La gauche renonce alors à lutter contre le chômage, tourne le dos à l’économie pour investir le sociétal, »

le PS tout comme les Nouveaux républicains, doivent aller chercher les voix de la « France de demain », « plus dans la diversité »  quitte à naturalisés  à tour de bras et faire des milliers de nouveaux français, les petits blancs de souches ou non,  , jeunes ,  femmes , hommes eux  « Rejetés par la gauche, mais aussi par la droite parce qu’ils sont trop pauvres, le FN rafle le marché électoral des petits blancs, »

 

 Nota, rien est de moi, Mais tout y est dit, Gilbert T

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s