Quelque chose de bien pourri, dans la connivence des pouvoirs et les Journalistes,

TVA à 2,1%, 7650€ d’abattement fiscal, exonération de l’ISF, la liste les cadeaux fait aux journalistes

Enfant, on m’expliquait que le travail de journaliste était de relater une information de la façon la plus neutre possible. Les faits seulement les faits.                                                                                                 C’était une de ces légendes que l’on apprenait petit, une légende forcément erronée, n’ayant sûrement jamais existé. Les journalistes luttant pour un camp, celui des idéologies dominantes du XXIème siècle.

les-20-journalistes-les-plus-sectaires

Progressisme, antiracisme, gender, immigrationnisme, Europe fédérale, toutes ces pensées visant à détruire notre pauvre France. Nos journalistes sont des militants politiques, ils lavent les cerveaux des Français en les obligeant à bien penser, ou plutôt à penser comme eux.  car Réfléchir différemment est contrevenir à la doxa officielle, celle qui est permise. Réfléchir différemment est prendre le risque d’être un salaud, un sans cœur, futur exclu d’une société refusant l’avis contraire. Le totalitarisme des justes comme je l’appelle.

Nos gouvernants qu’ils soient de droite ou de gauche, sont dans le même courant, ils pensent ainsi pareil que dans les rédactions. Ils essaient suivant le parti soit de les récompenser ou de les acheter, au nom de la liberté d’informer. Donc on les arrose de subventions, auquel cas aucun de ces médias ne survivraient, et puis on leur donne des avantages mais surtout on les tait.

Ainsi, les journalistes «déduisent donc un premier montant de 7 650 euros de leur rémunération nette de cotisations sociales, puis opèrent la déduction forfaitaire de 10 % sur le montant restant. Puisque cette somme de 7 650 euros est réputée constituer une allocation pour frais d’emploi utilisée conformément à son objet, les journalistes sont censés réintégrer en contrepartie dans leur revenu imposable les allocations pour frais d’emploi réellement versées par l’employeur. Toutefois, comme l’administration plafonne à 3 430 euros cette réintégration, le journaliste est toujours gagnant…

Ainsi, un journaliste dont la rémunération fixe est de 40 000 euros nets et se fait rembourser en sus 10 000 euros de frais de réception, transport, documentation, cadeaux…, aura perçu 50 000 euros et se retrouvera au final imposé sur : 40 000 + 3 430 – 7 650 = 35 780 – 10 % = 32  202 euros. » 

« Et comme le législateur aime vraiment les journalistes, il leur offre une petite douceur supplémentaire, à savoir l’exonération totale de l’indemnité spécifique de licenciement à l’initiative de l’employeur. Indemnité qui, rappelons-le, s’élève au moins à un mois de salaire par année d’ancienneté… »

Oui il y a vraiment quelque chose de bien pourri dans la République, la connivence des pouvoirs avec la finance, des elites, la jusitice  et les Medias.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s