LES CONTRADICTIONS DE LA PRESSE FRANÇAISE, par Jean Michel Aphatie and Co,

Traité « d’idiot utile », Jean-Michel Aphatie , est il utile ?

Le terrorisme et ses actes sanglants ont marqué, en France, l’année 2015. La conséquence la plus immédiate de ce traumatisme s’observe dans la montée rapide et radicale d’un sentiment de méfiance vis-à-vis de l’islam et se concrétise dans un discours agressif à l’égard des musulmans présents sur le sol français.

5ada5ada97263f38ee61bb132444041e

On a ainsi entendu Marion Marechal Le Pen, candidate du Font national lors des élections régionales, prononcer cette phrase lourde de menaces : « Nous ne sommes pas une terre d’islam, et si des Français peuvent être de confession musulmane, c’est à la condition seulement de se plier aux mœurs et au mode de vie que l’influence grecque, romaine et seize siècles de chrétienté ont façonnés. » Et c’est par application presque directe de cette sentence inachevée que se sont produits ces derniers jours, en Corse, des débordements xénophobes dont nous aurions tort de penser qu’ils seraient une spécificité insulaire. On pourrait ainsi multiplier les exemples et les propos qui tous témoignent de l’islamophobie croissante dans la société française.

Confrontés à ce phénomène, les médias, dans leur diversité, manifestent une belle incohérence. Globalement, ils stigmatisent ou dénoncent ces attitudes, rappelant toujours, avec raison et avec aussi un grand sens des responsabilités car cela va parfois à l’encontre des sentiments de sa propre clientèle, qu’on ne peut amalgamer des populations largement citoyennes et pacifiques à des attitudes violentes et à des actes de terrorisme. Mais dans le même temps, la presse, diverse encore une fois mais unie sur ce sentiment essentiel d’une citoyenneté ouverte et tolérante, ne parvient pas à réguler le contenu de sa propre production et le verbe de certains de ses producteurs. ( lol je l’ai dit)

L’exemple le plus frappant de cette incohérence, et disons-le, pratiquement le seul, est et demeure Éric Zemmour, journaliste multi-cartes, animateur d’une émission de télévision (Paris Première) et participant régulier d’une seconde (I-Télé), titulaire d’une chronique radio (RTL), signataire de nombreux papiers dans Le Figaro et Le Figaro Magazine, et invite régulièrement de toutes les émissions possibles et imaginables, probablement à cause d’une promesse d’audience ou de buzz, au motif inavoué que ce qui est un peu sale ne nuit pas aux recettes publicitaires, au contraire. (Jugement de Moi, jean Michel Aphatie, qui entre parenthèse l’invitai régulièrement  pour booster sa propre  audience,  même si je le boycotte aujourd’hui) mais ne jamais dire Jamais…

l’opprobre qu’elle fait peser sur des populations gauchistes  entières

Ces affirmations, à cause de leurs généralités et de l’opprobre qu’elle fait peser sur des populations gauchistes  entières, lui ont valu une condamnation pour « provocation à la haine raciale ». Ce qui, à aucun moment, n’a perturbé la carrière du journaliste, ni incité l’un de ses employeurs à prendre un peu de distance avec lui, du fait de sa condamnation.  (Sinon que de supprimer son émission culte de Zemmour et Naulleau, sur I-télé, mais faire taire un journaliste qui écrit  avec succès plus qu’il ne parle,  ce n’est pas très facile même la  ploutocratie de Gauche)

Éric Zemmour dénonce,

Le 6 mai 2014, emporté par un élan visiblement nourri d’un racisme que moi homme de Gauche je qualifie d’assez caractérisé, Éric Zemmour dénonce, sur RTL, « les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains,qui dévalisent, violentes ou dépouilles. » La phrase, d’une rare brutalité, ne suscitera aucun commentaire de la part des dirigeants de RTL qui feront semblent de ne pas l’avoir entendu sur leur antenne. Saisi, le tribunal correctionnel de Paris défonce la violence du propos, mais ne condamnera pas son auteur au prix d’un noeud juridique dont les spécialistes auront apprécié la confection. Là encore, cette phrase assez terrible n’entraînera aucune conséquence pour son auteur aurore (lol) de ses employeurs. Les jugements à forces de lois et de jurisprudences, de pressions politiques ou des risques de valorisation du front national y sont peut-être pas étrangers, bien que ma conception de la liberté de la presse étant plutôt vichyssoise me donne envie de rendre ma carte de presse, je le reconnais, mais je dois bien bouffer…

Éric Zemmour accorde une interview au journal italien Corriere de la Serra

En fin d’année 2014, Éric Zemmour accorde une interview au journal italien Corriere de la Serra. Il y déclare notamment que les Musulmans ont « leur code civil, c’est le coran » ce qui est une vérité incontestable, que moi Mr propre, je considère est interprète, comme une manière très directe de dire que les musulmans ne peuvent pas être Français. « Des millions de personnes vivent ici, en France, mais ils ne veulent pas vivre à la française », ajoute-t-il, usant d’une formulation dont on peut croire qu’elle a inspiré Marion Marechal Le Pen pour la citation mentionnée au début de cet article ou même de ce que pense le peuple français de culture ou de souche.

immense émotion  à gauche

Cette interview suscite une immense émotion  à gauche et pour la première fois la presse la presse se divise enfin sur la conduite à tenir face à l’auteur de ses propos. la presse doit devenir un tribunal permanent de la bien-pensante,  Alors qu’elle n’est concernée en rien par la polémique, puisque les phrases ont été prononcées dans un journal italien, RTL accorde à Éric Zemmour cinq minutes d’interview d’une grande complaisance (puisqu’elle aurait dû le mettre au silence) qui permettent au journaliste incriminé de se poser en victime d’un soi-disant système qui veut le bâillonner. ( ce qui est vrai , mais que je dois contester pour mes idées et convictions ),A l’inverse, I-Tele décide de l’été fin à sa collaboration hebdomadaire, s’attirant ainsi et très paradoxalement critiques et moqueries de la part de ceux qui, dans la presse, ne sont pas disposés à abandonner la poule aux œufs d’or, ni perdre  une audience,  justifier de millions de français dont les 7 millions  de Mr tout le monde qui vote front national, aussi. Et qui sont des républicains, s’exprimant par le vote dans un parti de la république et consommateurs aussi de culture et d’information pluralistes. je le reconnais.

l’affaire du Corriere

Seulement, l’affaire du Corriere poursuit son chemin au rythme lent de la justice. Et patatras, la sentence est tombée le 17 décembre dernier: Éric Zemmour est condamné, à nouveau, par la justice française, à une amende pour provocation à la haine envers les musulmans. (qui est toujours en appel) ce que je voulais omettre afin de nuire à Éric Zemmour dont le talent et l’analyse me réduise à un vieux gaucho décati, en manque d’audience
Regardez bien la presse du lendemain, ou écoutez les radios et les télévisions… Rien, ou si peu de choses… L’information est jugée trop petite, insignifiante, pour faire l’objet d’une brève dans la presse parlée. Dans les journaux aux, un filet ici, rien du tout là… car en fait qui en ce moment de pense pas pareil que Zemmour et en a marre de ma servilité, de journaliste a la gamelle

Zemmour condamné

On pourrait croire la presse blasée par la routine. Zemmour condamné? Et alors? Hélas, il s’agit de bien autre chose, plus sournois, parce que jamais dit, et plus grave. Parmi tous les employeurs d’ Eric Zemmour, et aussi des responsables d’émission qui l’invitent sur son plateau, existe le sentiment qu’ Eric Zemmour, parce qu’il exprime cette part rance et noire de la pensée française, doit pouvoir continuer à le faire, ( a causé de la liberté d’expression et de la pense que je récuse en tant que bon marxiste aux ordres ) non pas au nom de la démocratie, puisque la justice condamne ses propos, mais au nom de ce qu’il faut bien nommer des intérêts financiers, une recherche d’audience, un apport de notoriété. Ou même se dire que si les français votent front national c’est peut-être à cause de vouloir faire taire, journalistes et autres penseurs quand le premier parti de France n’a que 2 représentant sur 577  députes  pour ce faire entendre, oui le faire taire, serai peut-être  enlever la soupape de sécurité , d’un vivre ensemble explosif et de provoquer plus que des mots, des morts ?

Quelles sont les conséquences de la condamnation récente pour Éric Zemmour? Nulles. Son émission se poursuivra, bien sûr, sur Paris Première. Sa chronique hebdomadaire reprendra, évidemment, sur RTL, une radio dont le slogan « Vivre ensemble », s’accommode tout de même assez mal des sentences judiciaires. Quant au Figaro, un journal équilibré dans le traitement de l’information générale, il n’envisage pas une seconde, à l’évidence, de se séparer de son chroniqueur vedette.

Et moi même, quels sont mes souhaits en la matière? Je ne demande ni t’attends des sanctions professionnelles à l’égard d’Eric Zemmour. Je suis, comme chaque journaliste, et comme beaucoup de citoyens, partisan d’une grande liberté d’expression. Je suis moi même pris dans cette contradiction générale de la presse qui condamne le racisme et qui accepte en son sein un journaliste raciste.

J’ai cohabité pendant des années sur la même antenne qu’ Eric Zemmour,

A RTL en l’occurrence. Après tout, j’aurai pu la quitter au moment de son arrivée, initiée par Christopher Baldelli, mais je jugeais à l’épique paradoxal de me détacher de cette entreprise à laquelle j’étais attaché précisément à cause de la venue d’Eric Zemmour. Car pour moi vivre ensembles c’est comme en 1940 colloborer,  vielles analyses de la gauche française. nous avons bien vécu ensemble en 1940, politiques,  artistes, médias, journalistes, justice, police.. Il a fallu que la résistance  française et de Gaulle sème la merde.

J’ai mis cependant des barrières

J’ai mis cependant des barrières, des digues fragiles et d’une certaine manière insignifiante. J’ai par exemples refusé de débattre avec Éric Zemmour sur l’antenne de RTL, à chaque fois que la direction m’en a fait la proposition. J’ai même, à partir de son odieuse chronique sur les « bandes qui dévastent et dépouillent » refusé de le saluer quand je le croisais dans la rédaction, en regrettent que ces propos horribles n’aient jamais été commentés par la direction de la radio. (je l’aurai même griffée par dépit)  pour moi Voltaire, ou autre qui dirait  je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai pour que vous puissiez vous exprimer)  devrai être mis en camps ou même en d’autres temps fusillé.. Tout au moins autodafé pour ses écrits.

Comme d’autres secteurs professionnels, la presse dans son ensemble est confrontée au mal qui ronge notre société, le racisme,

que je ne saurais définir, car dans un pays au 100 millions de touristes ans, de toutes couleurs et de toutes origines, ne voyant ni ne subissant aucun racisme en visitant la France, ( ne subissant que l’incivilité et agressions ou du vol de la part de populations locales, que l’on ne peut qualifier assurément de race blanche et de culture judéo-chrétienne , donc mon racisme auquel l’actualité terroriste peut conférer une ampleur particulière. Et comme d’autres secteurs professionnels, la presse se trouve saturée de contradictions qui peuvent la rendre difficilement audible dans la lutte contre ce fléau, pourtant nécessaire à une certaine conception humaniste et généreuse, inscrite dans l’histoire de ce pays (bon trop long a rechercher,  pour en faire les preuves, j’en appelle a  Charles Martel ou même au furieux de la saint Barthelemie et autres peuples vendéens,) malgré toutes les dénégations de ceux qui se veulent être français pour deux et patriotes pour tous. Ceux-là dénoncent volontiers la « bien-pensante » et l’idéologie des « bobos », car je revendique d’être un bobo de gauche attardé depuis 68 , ces qualificatifs stigmatisant qui empêchent le débat et ridiculisent les interlocuteurs. Dont mon correcteur ici

Pour ma part cependant,

je préfère être ce que je suis et comme je suis, c’est-à-dire un républicain défenseur de son pays (je vous définirais ma conception toute personnelle de républicain plus tard) , et de surcroît un journaliste au casier judiciaire absolument vierge. (Pas moi, je suis de gauche) je suis inattaquable car je ne défends que les causses du pouvoir en places et des juges nommés, en fait quels journalistes en 1940 a 1944 a été condamné pour ses propos ? Par le pouvoir ? aucun, je  suis de cette race.

Merci aux juges et aux politiques de gauche, aux fisc, et autres moyens de pression ou de calomnie, sur les opposants, qui me font l’honneur d’avoir oublié de me mettre sur leurs murs des cons 2016, ou de leurs haines sélectives gardées de l’époque de Vichy,

Je précise  aussi que  cette épitaphe m’identifiant a jamais, sur ma tombe, *collabos un jour, collabos toujours* , avec le drapeau français  en écusson, ce fut mon honneur.

Publié le 29 décembre 2015 par J M Aphatie

avec ses voeux

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s