L’histoire de l’antisémitisme est liée à celle du socialisme, pour les nuls,

L’antisémitisme de gauche n’a rien de nouveau
Read more at https://www.contrepoints.org/2014/08/01/175500-lantisemitisme-de-gauche-na-rien-de-nouveau#SDsTswhUq6Ge856g.99

Par Daniel Hannan.

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2014/07/Le-capitaliste-juif-credits-Brandeis-Univ-LTS-licence-creative-commons-204×320.jpg

Le capitaliste juif credits Brandeis Univ LTS (licence creative commons)« Comment, en tant que socialiste, pouvez-vous ne pas être antisémite ? », demandait Adolf Hitler à ses partisans en 1920. Et personne ne considérait la question comme bizarre. L’antisémitisme était en ce temps compris comme partie prenante de l’ensemble du mouvement révolutionnaire contre les marchés, la propriété et le capital.

L’homme qui a forgé le terme de « socialisme », le révolutionnaire français du XIXème siècle Pierre Leroux, avait déclaré à ses camarades : « Quand nous parlons des Juifs, nous voulons dire l’esprit juif : l’esprit du profit, du lucre, du gain, de la spéculation ; en un mot, l’esprit du banquier ».

L’homme qui a popularisé le terme d’« antisémitisme » suivait une ligne similaire. Wilhelm Marr, un gauchiste radical allemand du XIXème siècle, n’a peut-être pas été le premier à utiliser ce mot, mais c’est lui qui l’a fait connaître d’une large audience, en l’approuvant : « L’antisémitisme est un mouvement socialiste, plus noble et plus pur encore dans sa forme que la sociale-démocratie » déclarait-il.

Étrange dissonance cognitive

C’est prendre la mesure de la domination culturelle de la gauche aujourd’hui que de constater l’ampleur de la dissonance cognitive provoquée par le seul fait de citer ces mots. Pour le centenaire de l’Affaire Dreyfus en 1998, le premier ministre d’alors, Lionel Jospin, a affirmé négligemment une extraordinaire distorsion de la réalité, à savoir que « la Gauche était pour Dreyfus, et la Droite était contre lui ». Si quelques courageux radicaux ont en effet fait campagne pour l’officier juif lésé, de nombreux journaux et politiciens socialistes étaient fièrement antidreyfusards, sous prétexte que les « Juifs riches » manipulaient le système judiciaire contre les travailleurs ordinaires.

Comme l’écrivait le député socialiste, puis communiste, Pierre Myrens en 1911, « le Youtre est un Israélite par sa religion, un Juif par sa race, et, qui plus est, un capitaliste ! ». Cette ligne de pensée gauchiste française a été reprise avec enthousiasme dans la Syrie baassiste et, plus encore, en Algérie, avec des conséquences que nous voyons encore autour de nous.

Que nous ayons largement effacé ces faits de notre mémoire collective est très révélateur des préjugés politiques modernes. Dans la formulation puérile qui semble dicter nos définitions, « de gauche » signifie bon et « de droite » signifie mauvais, donc, puisque l’antisémitisme est mauvais, il doit être de droite. Ce raisonnement n’est pas tenu que par des septuagénaires moralement arrogants ; curieusement, il a conquis une grande part de nos discours publics.

Sur les Juifs socialistes

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2014/07/karl-marx-credits-Eisbaarchen-licence-creative-commons-660×636.jpg

karl marx credits Eisbaarchen (licence creative commons)

Il est vrai, bien sûr, qu’il y a toujours eu des Juifs socialistes. Mais, et cela peut être difficile à comprendre aujourd’hui, sans doute plus encore pour des non-Juifs, certains d’entre eux étaient bel et bien antisémites. Je ne veux pas dire par là qu’ils voulaient nuire aux autres personnes d’origine juive. En fait, ils voyaient la religion de leurs parents comme retardée et superstitieuse, un fardeau qui aurait confiné les Juifs dans leurs shtetl tandis que l’Europe embrassait les Lumières. L’émancipation religieuse, espéraient-ils, mènerait à une assimilation complète et à la disparition du concept même de judéité. Ce qui frappe toutefois, c’est la rapidité avec laquelle ce sentiment pouvait basculer vers des slogans anti-Juifs.

Karl Marx lui-même en était assez typique, dont les écrits sur « La question juive » ont, eux aussi, été remisés loin du souvenir populaire. Petit-fils de deux rabbins, toutes les religions lui déplaisaient, mais il réservait au judaïsme une véhémence qu’on ne trouve jamais dans ses écrits sur le christianisme (à propos duquel il pouvait être assez sentimental, bien qu’il déplore sa corruption par « l’esprit juif »). En 1844, ce parasite odieux écrivait :

L’essence du judaïsme et la racine de l’âme juive sont l’opportunité et l’intérêt personnel ; le Dieu d’Israël est Mammon, qui se manifeste dans la soif de l’argent. Le judaïsme est l’incarnation des attitudes anti-sociales.

Quelques apologistes ont tenté de faire valoir que leur patriarche ne désignait par là que quelques riches financiers juifs et non les Juifs en général, mais leurs excuses ne tiennent pas. Écoutez donc ce que Marx et Engels ont écrit des Juifs de Pologne, alors les plus pauvres et les plus opprimés de toute l’Europe : « Le Juif-usurier polonais triche, fausse ses poids, rogne ses pièces, se livre de façon routinière à l’escroquerie ».

Je pourrais continuer, mais je trouve tout cela de très mauvais goût, et je l’espère vous aussi. Il suffit de dire que, peut-être pour la première fois de sa brillante carrière d’écrivain à contre-courant, Brendan O’Neill sous-estime l’affaire quand il se demande : « La gauche est-elle antisémite ? Hélas elle se dirige dans cette direction. ».

Antisémitisme et antisionisme

image: http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2014/08/ren%C3%A9-antis%C3%A9mitisme-de-gauche.jpg

rené antisémitisme de gaucheJe n’ai jamais cru que critiquer la politique israélienne, ou même d’ailleurs avancer que l’ensemble de ce territoire devrait être palestinien, vous rend anti-juif. On peut être antisioniste sans être le moins du monde antisémite. Et, même si presque personne ne l’indique, l’inverse est aussi vrai. Hannah Arendt a noté comment, à son procès, Adolf Eichmann, qui avait lu quelques tracts sionistes et appris des rudiments d’hébreu et de yiddish, a avancé non sans une certaine sincérité que, en cherchant à éliminer les Juifs d’Europe, il espérait réaliser la vision d’un État juif en Palestine. De même, quand le père du sionisme, Théodore Herzl (avec sa barbe à l’Assyrienne) protesta auprès de fonctionnaires du Tsar contre les pogroms, il lui fut répondu qu’ils étaient destinés à donner à « votre peuple » un coup de pouce dans la bonne direction.

Beaucoup de gens sont préoccupés, ce qui est compréhensible, par les pertes civiles à Gaza, ou sont plus généralement pacifistes, ou soutiennent par défaut l’outsider, sans être du tout antisémites. Les partisans d’Israël font le raccourci parfois un peu rapidement ; mais là encore, ils ont de bonnes raisons. La détestation que Marx avait du judaïsme n’est pas restée confinée à ses livres ampoulés. Elle a trouvé une expression dans les campagnes antisémites des régimes du Comecon : les purges des Juifs par les communistes polonais, les simulacres de procès menés en Tchécoslovaquie et en Hongrie contre des « espions israéliens », le « complot des blouses blanches » de Staline qui accusait des médecins juifs de conspirer pour assassiner les dirigeants communistes, et qui a été conçu comme prélude à la déportation de masse des Juifs soviétiques en Sibérie (heureusement, le vieux monstre est mort avant de mettre son plan à exécution, et Khrouchtchev a abandonné cette idée). Dans tous ces cas, « Sioniste » a été utilisé comme un mot cache-sexe pour « Juif ». Il n’est guère surprenant que, en entendant les héritiers idéologiques du Parti Communiste dénoncer le sionisme, de nombreux Juifs y voient des sous-entendus.

Ces jours-ci, toutefois, ce ne sont pas que des sous-entendus. Écoutez les manifestants du mouvement Occupy dans ce clip. Lisez cet article glaçant d’un journal chaviste au Venezuela. Pire encore, considérez les slogans chantés par les foules à travers l’Europe en attaquant des boutiques juives. Méditez ces déclarations honteuses que Yad Vashem, l’organisation qui s’occupe de la mémoire de la Shoah, s’est senti obligé de déplorer. Il ne s’agit plus d’Israël, là, si jamais ça l’a été un jour. Il s’agit de quelque chose de bien plus ancien et ignoble.

Nos opinions politiques reflètent souvent nos traits de caractères. Si vous êtes une personne généreuse et optimiste, si vous prenez plaisir à voir autrui réussir, alors vous avez de bonnes chances d’être réjoui par l’histoire du peuple juif, leurs succès envers et contre tout, leur contribution intellectuelle démesurée à l’humanité. Loin de décrier les réussites commerciales et financières, vous les reconnaissez comme une source de bonheur pour chacun.

Si, au contraire, vous êtes déterminé à voir tout échange comme une forme d’exploitation, tout succès comme l’échec de quelqu’un d’autre, tout commerce comme une arnaque, alors les mêmes impulsions qui vous font détester Israël pourraient bien vous rendre antisémite. C’est une maladie tragique, une forme de jalousie existentielle, et elle remonte, à en croire le Livre d’Esther, à au moins 2500 ans :

Aman leur exposa la splendeur de sa fortune et la multitude de ses enfants, et comment le roi l’avait distingué et élevé au-dessus des grands et des officiers royaux ; et Aman ajouta : « Bien plus, je suis le seul que la reine Esther ait invité avec le roi au festin qu’elle a préparé ; et demain encore je suis convié par elle avec le roi. Mais tout cela est sans prix à mes yeux, tant que je vois ce juif Mardochée assis à la porte du roi.

Article original titré « Left-wing anti-Semitism is anything but a new phenomenon » publié le 31.07.2014 par The Telegraph. Traduction : Benjamin Guyot pour Contrepoints.
Read more at https://www.contrepoints.org/2014/08/01/175500-lantisemitisme-de-gauche-na-rien-de-nouveau#SDsTswhUq6Ge856g.99

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s